L'Intelligence Artificielle

Auteur : ilone

Publié le :

Pour plus d’info sur le sujet vous pouvez aussi écouter mon podcast ici.

L’IA ou Intelligence Artificielle est un mot que l’on entend de plus en plus au quotidien. Cette notion reste pourtant vague pour la plupart des gens. L’IA est ce terme qui revient dans presque chaque film de science-fiction catastrophe mais c’est en réalité bien plus que ça. De nombreuses IA sont déjà implémentées dans le monde actuel sans que l’on s’en rende toujours compte. Malgré la complexité du sujet, il s’avère que celui-ci est très intéressant et mérite que l’on si penche quelques instants car il s’agit de notre futur. Vous ne trouverez aucun terme ou définition technique dans cet article car il ne s’agit pas de mon domaine. Néanmoins, si vous souhaitez avoir une vision globale du sujet, lisez ce qui suit !

Selon Ray Kurzweil le monde évolue de manière exponentielle et non de manière linéaire comme on pourrait tout d’abord le penser (selon la human history’s Law of Accelerating Returns). En effet, le taux d’avancées est de plus en plus important, ce qui signifie que le nombre de découvertes durant 10ans à notre époque est supérieur à 100ans de recherches durant l’Antiquité (il s’agit d’un ordre de grandeur je ne connais pas les laps de temps exacts). Ainsi, les avancées d’aujourd’hui changent de plus en plus vite le monde de demain. Ce qu’il faut retenir de cela est que le futur est bien plus proche que nous ne l’imaginons, car en ramenant à notre échelle de temps actuelle, les avancées entre 2010 et 2020 seront équivalentes aux avancées entre 2020 et 2023.

On peut alors évoquer le principe de DPU (Die Process Unit) qui correspond au nombre d’années d’écart entre 2 dates pour qu’une personne venant du passée “meurt” si elle arrive à cette nouvelle époque. Il est intéressant de noter que si un homme de Cro Magnon atterissait en 2021 il verrait tout notre monde comme un grand changement qu’il n’aurait probablement pas souhaité à son époque et pourtant cela est arrivé. Nous sommes souvent, pour ne pas dire toujours, récalcitrant au changement, notamment les changements radicaux. Nous avons peur de l’inconnu et le futur constitue l’inconnu.

Nous pouvons séparer les IA en 3 catégories :

  • les IA limitées (très douées dans une seule et unique tache),
  • les IA “humaines” (équivalentes au cerveau humain)
  • les supers IA (beaucoup plus intelligentes que nous)

A l’heure actuelle le monde est déjà rempli d’IA limitées, c’est-à-dire celles qui ne savent faire qu’une seule chose et permettent donc de déléguer du travail effectué auparavant par des humains. C’est communément ce que nous appelons des “machines” (métro sans chauffeur, voitures autonomes, aides à la Bourse etc.). Ces IA nous aident et ne représentent à priori pas de danger imminent car elles ne savent réaliser qu’une chose. Le vrai problème réside dans le fait que chaque IA limitée nous rapproche d’une IA humaine, il suffirait, en théorie, d’additionner toutes ces IA limitées afin de créer une IA humaine (ou qui s’en rapprocherait fortement).

Pour l’instant, le cerveau humain est bien plus performant que n’importe quel ordinateur de manière générale. Tout ce qui nous paraît simple (reconnaître des caractères dans un texte ou des objets sur une image) est extrêmement compliqué pour un ordinateur et vice-versa. Ceci est dû à la longue évolution de notre espèce et du cerveau afin de performer dans ce genre de tâche qui nous permettent de vivre au quotidien (à titre d’information le cerveau n’a besoin que de 20W pour fonctionner là où un superordinateur en demande plusieurs méga soit 1 million de fois plus énervigore).

Il y a plusieurs manières d’entraîner un ordinateur afin de développer son intelligence, la plupart de ces manières sont calquées sur la Nature. Nous essayons d’imiter notre propre cerveau (réseau de neurones, Evolution de l’humanité). Il semblerait que ces méthodes fonctionnent et que tôt ou tard (mais plus tôt que tard) nous arrivions à une IA humaine. Autrement dit, l’ordinateur que nous avons programmé pour apprendre tout seul, progresse de manière exponentielle jusqu’à atteindre l’intelligence d’un cerveau humain. Là encore la progression est fulgurante et arrivera sans doute plus vite que nous ne l’imaginons. De plus, il ne faut pas exclure l’hypothèse d’une prochaine découverte nous permettant de mieux comprendre la manière dont le monde et notre cerveau fonctionne ce qui boosterait nos avancées (comme les avancées astrophysiques après avoir découvert le système héliocentrique au XVIè siècle). Enfin, cette IA humaine ne s’arrêterait pas à l’intelligence humaine (ou alors il faudrait arrêter nous-mêmes le processus à un certain moment). Cependant, même si un ordinateur était aussi intelligent que n’importe quel humain il aurait en plus quelques avantages non négligeables par rapport à nous incluant : une vitesse d’exécution plus élevée, une fiabilité supérieure, un quota de repos nul, une mémoire infaillible et bien plus importante en terme de capacité. Cela signifie qu’une IA humaine serait en fait déjà plus intelligente que nous du fait des qualités citées plus haut.

Si l’IA continue de progresser elle surpasserait très vite tous les cerveaux humains et bénéficierait d’autres avantages comme une mise en commun des connaissances instantanée et complète par le biais de communications inter-IA. Tout cela devient inquiétant dans la mesure où la situation pourrait nous échapper très vite du fait de l’intelligence supérieure des machines.

Abordons maintenant la dernière catégorie d’IA, celle superintelligente. Prenons d’abord soin de distinguer la vitesse de la qualité. Même si on augmente la vitesse du cerveau d’un chimpanzé il ne parviendra jamais au niveau d’un cerveau humain. Une analogie intéressante consiste à s’imaginer un escalier. Si l’on place différentes espèces sur l’escalier de manière à quantifier la qualité de leur intelligence on obtiendrait ceci : Une poule serait 5 marches sous un chimpanzé lui-même 2 marches en dessous d’un humain. En regardant les choses de ce point de vue on peut aisément comprendre que pour passer d’une marche à l’autre le chemin est très compliqué voire impossible. Malgré tous ses efforts, et peu importe la manière de le lui enseigner, un chimpanzé ne pourra jamais se positionner sur la même marche que les humains. Si l’on revient à l’IA on se rend vite compte qu’elle par contre, peut gravir les marches une par une au début puis en sautant des marches et enfin les monter 4 par 4. En quelque temps l’IA serait 100 marches au dessus de nous et il nous serait complétement impossible de comprendre les pensées ou les agissements de l’IA tout comme il est impossible pour une bactérie de comprendre les humains.

Cette analogie de l’escalier est très intéressante car elle va dans le sens de la pensée de Michio Kaku qui stipule que les extraterrestres sont partout autour de nous, que nous ne les voyons pas et qu’ils ne se préoccupent pas de nous. De plus, il nous serait impossible de les comprendre car leurs modes de communications et de pensées seraient à des années lumières des nôtres. Ainsi, nous serions sur le point de créer des extraterrestres que nous ne pourrons jamais comprendre.

Ceci nous porte sur plusieurs approches. Les scénarios catastrophes indiquent une fin de l’humanité en raison d’un contrôle total par les IA qui nous soumetteraient à l’esclavage. Je ne crois pas à cette théorie car si les IA étaient si intelligentes elles n’auraient pas besoin d’esclaves mais bon on ne sait jamais.

Ensuite on pourrait dire que ces super IA nous aideraient à accomplir des choses pour l’instant relevant du domaine de la sci-fi. Une de ces choses, qui est le principal intérêt des transhumanistes, est l’immortalité. Les super IA pourraient ainsi nous aider à atteindre cet objectif. Je suis effectivement d’accord avec ce point mais si les super IA sont si supérieures à nous je ne comprends pas comment nous pourrions les contrôler ou au moins communiquer avec elles de manière à nous aider dans nos recherches. Elles pourraient tout simplement nous dédaigner car elles ont mieux à faire (quoi ? ça on ne pourrait pas le comprendre) ou bien elles nous indiquerait un chemin que nous ne pourrions emprunter faute de compréhension des instructions. Quelle forme aurait alors cette super IA ? Serait-ce toujours une boîte dans laquelle est enfermée le programme ? Ou bien un humanoïde identique à un réel humain ? Que contrôlera-t-elle ? et par qui sera-t-elle contrôlée au début ? Autant de questions qui demandent de l’intérêt et un approfondissement.

En tous cas il semblerait que l’IA puisse nous faire plonger soit du côté de l’immortalité soit du côté de l’extinction pure et simple. Ce sont deux extrêmes qui doivent être considérés et personne ne saurait prédire le bon côté.

Vient ensuite la question de quand tout ceci arrivera. Les avis sont très partagés et personne n’est d’accord pour donner une réponse globale. Certains affirment que d’ici 20 ans on aura créé une super IA, d’autres augmentent ce temps à 100 ans et d’autres affirment que cela n’arrivera probablement jamais. Tout cela est sujet à de nombreux débats pas forcément intéressants selon moi et qui ne méritent pas plus de développement.

Analysons les prédictions et les espoirs des pro-IA.
Il est intéressant de noter que la plupart des scientifiques interrogés sur le sujet pensent qu’une super IA est relativement proche dans le temps (XXIème siècle) et que les changements apportés par son avènement seront bons, voire très bons.

Toujours selon Kurtzweil qui semblerait être le gourou et l’oracle de l’IA, il y a aurait 3 changements radicaux d’ici 2045 : la nanotechnologie, la biotechnologie et donc l’IA.

La nanotechnologie consiste tout simplement à manipuler chaque atome indépendant afin de créer ce que l’on veut. Il suffit d’assembler les atomes comme bon nous semble et créer n’importe quoi.

En combinant l’AI et la nanotechnologie, les super IA pourraient alors régler tous nos problèmes à notre place : le réchauffement climatique, la faim dans le monde, la pollution, les espèces en voie d’extinction et même l’économie mondiale. Bref, TOUT pourrait être résolu par les super IA, de manière instantanée et facile. Si l’on mêle la biotechnologie à cela on s’aperçoit que les cellules de notre corps pourraient elles aussi bénéficier des super IA car alors on serait immortel, des nanorobots remplaceraient les cellules mortes et les maladies dans nos corps et nous serions remis à neuf intégralement chaque jour, chaque seconde même. Sachant que notre corps n’est qu’un assemblement d’atomes, en les réarrangeant on obtient ce que l’on veut. Et comme la résolution de ce genre de problème est trop compliqué pour nos cerveaux ce serait les super IA qui nous fourniraient les solutions et même qui les appliqueraient.

On est définitivement dans le monde du transhumanisme à ce stade. Les plus fervents défenseurs de cette cause, Kurzweil en tête imagine déjà un corps super évolué qui serait dispensé d’organes vitaux comme le coeur, serait capable de s’auto-nourrir. Un redesign complet de notre corps tel que la Nature et l’Evolution l’ont construit. Un changement tout aussi radical dans nos perceptions des sens (la réalité virtuelle deviendrait réalité tout court). Nous serions éternels et tout-puissants, fusionnés avec les super IA. Ceci clôt la partie consacrée au “bon” côté duquel nous tomberions si les super IA venaient à exister.

Passons maintenant à ceux qui sont plus mitigés concernant les bienfaits de l’IA. Les experts sceptiques dans les avancées gigantesques des super IA pointent du doigt plusieurs problèmes. Par exemple si une poignée d’humains mal intentionnés développe (à la va-vite) une super IA dans le but de contrôler le monde et qu’elle leur échappe et qu’elle détruise tout un pays, une population ou même toute l’humanité.

Deuxième scénario est la création d’une IA pacifiste et qu’elle se rebelle contre les humains et nous tue tous. Apparemment impossible car le mal est seulement mal selon l’homme et donc non ressenti par les machines. Tous les experts écartent cette hypothèse, ça n’existe que dans les films. Cependant mon opinion est que si les super IA sont créées sur la base de notre cerveau himself alors les IA peuvent tout à fait développer la compréhension du mal et l’appliquer sur n’importe qu(o)i. Cela est nuancé par la question de savoir si les super IA auront une conscience ou pas. Cette question me semble très pertinente et intéressante car si oui alors elle surpassera réellement les humains mais si non l’IA restera à jamais une machine. Et selon moi, une machine aussi intelligente soit-elle, reste inférieure à un humain doté d’une conscience.

Le défi est donc de taille car il convient de les concevoir de manière amicale pour les humains c’est-à-dire qu’elles comprendraient nos enjeux, nos désirs et nos faiblesses afin de nous aider pour mieux vivre. Cependant il ne faudrait pas qu’elles détruisent d’autres sources de vie ou de bonheur, c’est là la partie compliquée : donner une conscience à la super IA telle qu’elle nous comprenne et ne soit pas hostile envers nous.

La question de l’IA est aussi reliée à celle du paradoxe de Fermi car si nous ne sommes pas seuls dans l’Univers alors est-ce que d’autres civilisations intelligentes ont développé une super IA pour conquérir la galaxie ? ou bien sommes-nous les premiers à essayer ? Il n’y a pour autant aucune trace visible de super IA malgré nos recherches et nos signaux. Ou bien sommes-nous trop arriérés pour les intercepter ou les interpréter ?

Pour finir sur le sujet, on se rend compte que la question de l’IA et plus fortement encore celle d’une super IA, mérite réflexion et recherches. Le moindre faux pas nous mènerait à notre perte, tandis que menée habilement ce serait la fin de nos souffrances, mais également la fin de notre monde tel que nous le connaissons. Un tel bouleversement est assez difficile (impossible?) à réaliser mais il se pourrait aussi que la recherche de ce bonheur éternel ne soit pas à la hauteur de nos espérances. Est-ce que le bonheur ultime réside dans l’immortalité ? ou bien dans l’abondance ? Il me paraît peu probable de régler tous les problèmes de notre monde avec cette seule avancée. Nous sous-estimons les règles de la Nature en pensant pouvoir nous en affranchir ce qui ne nous profite pas toujours. Même avec une super IA, il ne serait sans doute pas impossible de réaliser nos désirs les plus fous. La super IA serait-elle plus intelligente que la Nature elle-même ? Voilà une question digne d’intérêt selon moi. Certains diront que la Nature est arriérée et c’est la raison pour laquelle nous voudrions passer outre mais il faut savoir que c’est elle qui nous a créé et qui gouverne l’Univers tout entier. Les plus optimistes, quant à eux, pensent trouver un tout nouveau monde après l’apparition des super IA, un monde encore inconnu pour nous.