The 4-Hour Workweek

Auteur : Timothy Ferriss

Année de parution : 2007

couverture du livre
Cliquer pour accéder à la source de l'image

Publié le :

đŸ„‡đŸ„ˆđŸ„‰ Le livre en 3 phrases

  1. Travailler (beaucoup) moins, gagner autant voire plus
  2. Faire partie des NR (New Rich) grĂące aux Ă©tapes D.E.A.L.
  3. Vivre notre vie rĂȘvĂ©e grĂące au temps libre que l’on s’est crĂ©Ă©

🎣 Impressions

J’ai trouvĂ© le livre trĂšs fouilli dans la maniĂšre de prĂ©senter les choses. L’idĂ©e principale est cernĂ©e autour de 4 chapitres majeurs mais Ă  l’intĂ©rieur de chaque chapitre il y a des mini-chapitres et des tĂ©moignagnes ou des histoires racontĂ©es, on ne sait jamais trop qui Ă©crit quoi et quand. Hormis ces dĂ©tails, le contenu est relativement intĂ©ressant dans le sens oĂč il apporte une vision assez nouvelle du travail et de la vie. Ce n’est pas le traditionnel schĂ©ma de pensĂ©e et j’aime ce cĂŽtĂ© original. De nombreuses ressources sont donnĂ©es ce qui permet d’appliquer assez fidĂšlement les principes Ă©voquĂ©s mais comme le livre date de 2007 (et rĂ©Ă©crit en 2009), il est possible qu’elles ne soient plus d’actualitĂ©.

🔎 Comment je l’ai dĂ©couvert

Une des recommandations d’Ali Abdaal.

🎯 Qui devrait le lire

Tous ceux qui souhaitent changer leur mode de vie de maniĂšre profonde et qui pensent que la vie se passe en dehors d’un bureau. Ceux qui ne supportent pas d’avoir un boss et peu de temps libre. Ceux qui veulent voyager, ceux qui veulent accomplir des choses en dehors de leur travail, ce dernier ne servant qu’Ă  leur apporter de l’argent.

đŸŽ‰ïž Ce que que le livre a changĂ© chez moi

Comment ma vie / comportement / idées / pensées ont évolués aprÚs la lecture de ce livre.

  • Je rĂ©flĂ©chis maintenant Ă  faire partie de cette nouvelle caste de NR afin de ne jamais -ou du moins pendant un court laps de temps- faire partie du monde du travail classique car ce n’est pas ce Ă  quoi j’aspire. Cependant l’intĂ©rĂȘt des NR par rapport aux gens qui dĂ©cident de ne pas travailler dans un bureau est qu’ils disposent de plus d’argent. Ainsi un NR est suffisamment riche pour vivre plus que confortablement sans ĂȘtre un multi-millionnaire qui demande beaucoup d’implication dans son travail.
  • Il faut d’abord trouver une idĂ©e d’entreprise Ă  crĂ©er, appliquer Ă©tape par Ă©tape les conseils, rentrer dans ce monde afin de s’en imprĂ©gner, de voir ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas ou plus (car le livre date de 2007, le monde a bien changĂ© depuis).
  • L’idĂ©e gĂ©nĂ©rale est attirante et demande approfondissement. Le livre n’est qu’une approche de la chose mais suffisament probante pour savoir que cela fonctionne rĂ©ellement et que ce n’est pas un coup de chance d’une personne en particulier ; de nombreuses personnes ont adoptĂ© ce lifestyle.

💬 Mes 2 citations prĂ©fĂ©rĂ©es

The NR are those who abandon the deferred-life plan and create luxury lifestyles in the present using the currency of the NR : time and mobility.

Effectiveness is doing the things that get you closer to your goals.Efficiency is performing a given task (whether important or not) in the most economical manner possible. Being efficient without regard to effectiveness is the default mode of the universe.

📝 RĂ©sumĂ© + notes personnelles

Le livre est divisĂ© en 4 chapitres dans le but d’appliquer les 4 Ă©tapes de la mĂ©thode DEAL (Definition, Elimination, Automation, Liberation) afin de se libĂ©rer du monde du travail.

Les objectifs des NR (New Rich) sont d’avoir beaucoup de temps libre et une grande mobilitĂ©. Ils ne sont pas contraints Ă  rester travailler dans un bureau, leur bureau est n’importe quel endroit dans le monde. Ce temps libre leur sert Ă  voyager, Ă  passer du temps avec leur famille ou leurs amis, faire du sport ou rĂ©aliser leurs passions. Pour atteindre ces objectifs, ils appliquent la fameuse mĂ©thode DEAL afin de gagner suffisamment d’argent sans trop travailler et ĂȘtre tranquilles dans leur vie. Le but n’est pas de crĂ©er un business pour s’en occuper mais de crĂ©er un business pour avoir une rentrĂ©e d’argent convenable sans trop s’en occuper.

Voici un résumé des 4 chapitres.

D pour DĂ©finition

En premiĂšre partie du livre, Tim Ferriss nous propose une dĂ©finition de ce nouveau mode de vie atypique et prĂ©cise ce qu’est un NR et surtout ce qu’il n’est pas. Un NR n’est pas un multimillionaire qui cherche Ă  faire beaucoup de profit pour gagner toujours plus d’argent ce qui impliquerait de travailler toujours plus. Le but n’est pas d’ĂȘtre le plus riche possible mais d’avoir le plus de temps libre possible.

Il nous incite aussi Ă  ne pas suivre les recommandations universelles comme celle de travailler toute sa vie pour pouvoir profiter de sa retraite ou bien de travailler beaucoup d’heures car beaucoup de ce temps est gĂąchĂ©.

Le lecteur est donc invitĂ© Ă  plonger dans ce nouveau monde sans y avoir peur. En effet, de nombreuses personnes voudraient changer leur vie mais ont peur des consĂ©quences dĂ©sastreuses que cela pourrait apporter, ils ont peur de ne pas rĂ©ussir et de tout perdre. L’auteur nous aide Ă  relativiser le “tout perdre” car selon lui rien n’est perdu Ă  jamais, tout est rĂ©parable. Ainsi il nous invite Ă  nous poser des questions sur les pires scĂ©narios possibles selon notre vie actuelle et Ă  rĂ©flĂ©chir sur la vĂ©ritable gravitĂ© des consĂ©quences. Ces questions incluent, entre autres, Quel serait le pire scĂ©nario possible ? Quelles sont les possibilitĂ©s de revenir en arriĂšre ? Quels seraient les avantages d’une nouvelle vie par rapport Ă  l’ancienne ? Que feriez-vous si vous Ă©tiez virĂ© de votre job demain ? Quels sont nos peurs ? Quelles sont nos attentes dans la vie ?

Avant de se lancer dans une nouvelle vie, celle des NR, il faut d’abord se poser la question de ce que l’on recherche. De combien cela nous coĂ»tera, des rĂȘves que nous voulons vivre, des choses que l’on souhaite apprendre. Toutes ces grandes questions doivent ĂȘtre Ă©claircies avant de commencer les Ă©tapes suivantes afin de savoir quelle est la finalitĂ©.

E pour Elimination

SĂ»rement ma partie prĂ©fĂ©rĂ©e car elle est reliĂ©e au minimalisme. En effet, afin d’Ă©liminer le superflu dans notre travail il suffit d’appliquer 2 rĂšgles bien connues des productivity nerds, la loi de Parkinson et la loi 80/20 de Pareto.

La premiĂšre stipule que le temps nĂ©cessaire pour accomplir une tache dĂ©pend directement du temps allouĂ© pour la rĂ©aliser. Autrement dit, pour ĂȘtre le plus efficace il faut se donner des deadlines trĂšs faibles car sinon la tache n’est jamais rĂ©alisĂ©e ou bien dans le rush juste avant la deadline. Tandis qu’avec des fausses deadlines que l’on se crĂ©e soi-mĂȘme on devient beaucoup plus efficace. J’ai 2 semaines pour rendre ce rapport ? Je me crĂ©e une deadline dans 4 jours ce qui me met une pression suffisante pour fournir un travail de qualitĂ© en peu de temps.

La deuxiĂšme loi, 80/20 stipule que 80% de ce que nous produisons provient de 20% des efforts. En clair, seule une petite portion de notre travail constitue la majeur partie de celui-ci. Ainsi cela va nous permettre de fournir peu de travail (seulement 20% de notre temps) afin d’accomplir 80% des bĂ©nĂ©fices ce qui est largement suffisant pour obtenir de (trĂšs) bons rĂ©sultats. Cela signifie aussi que pour obtenir les 20% restants avant la perfection la quantitĂ© de travail Ă  fournir serait Ă©norme et donc non compatible avec le mode de vie des NR. La loi 80/20 peut ĂȘtre utilisĂ©e dans les 2 sens : 80% des bĂ©nĂ©fices proviennent de 20% des efforts ET 80% des problĂšmes proviennent de 20% des sources.

Il y a une grande diffĂ©rence entre ĂȘtre efficace et ĂȘtre productif. Le premier nous permet d’accomplir des choses utiles en adĂ©quation avec nos objectifs, le deuxiĂšme nous permet de faire beaucoup de choses sans distinguer l’utile de l’inutile. Ainsi on peut ĂȘtre productif Ă  effectuer des taches toutes plus inutiles les unes que les autres sans que cela ne nous apporte rien d’enrichissant. C’est exactement le travail que l’on demande au robot, faire un maximum de taches dans un laps de temps minimum. Or il ne faudrait pas passer du temps sur des choses inutiles, il faudrait au contraire optimiser la productivitĂ© uniquement des choses importantes qui nous permettent d’atteindre nos objectifs. Encore une fois il s’agit de supprimer les choses superflues.

Voici une phrase qui rĂ©sume assez bien la chose : “Slow down and remember this: Most things make no difference. Being busy is a form of laziness - lazy thinking and indiscriminate action. Being overwhelmed is often as unproductive as doing nothing, and is far more unpleasant. Being selective -doing less- is the path of the productive."

Il conseille Ă©galement de sĂ©lectionner ses sources d’information afin de ne pas ĂȘtre submergĂ© par celles-ci et de perdre le fil. Il propose Ă©galement une mĂ©thode pour lire beaucoup plus rapidement.

Il faut Ă©liminer autant que possible les distractions afin de maximiser sa productivitĂ©, voilĂ  pourquoi le travail au bureau est aussi chronophage, les sources de distractions sont nombreuses et ne permettent pas de focaliser sur une tache afin de la finir rapidement. Il propose donc de ne checker ses mails que 2x par jour (Ă  12h et Ă  16h) afin de limiter les temps d’interruption induits par les mails. Idem pour les appels ou les rĂ©unions. Lorsque l’on fait quelque chose il faut ĂȘtre investi Ă  fond dedans pour la faire correctement et vite. Savoir dire non est aussi un art Ă  maĂźtriser, car il nous permet de ne pas diverger de nos objectifs et de notre tache tout en limitant le temps perdu et les ambiguĂŻtĂ©s.

A pour Automatisation

Afin de continuer Ă  travailler peu mais en gagnant toujours autant voire en faisant grossir son chiffre, il est important d’automatiser le process car on ne peut pas gĂ©rer tout tout seul sinon notre travail dĂ©vient chronophage et toute tentative de faire partie des NR est rĂ©duite Ă  nĂ©ant.

Avant de dĂ©lĂ©guer il est important de se rappeler quelques rĂšgles. Ne pas automatiser quelque chose qui peut ĂȘtre supprimĂ©. Ne pas dĂ©lĂ©guer quelque chose qui peut ĂȘtre automatisĂ©.

Ainsi pour appliquer ce principe d’automatisation, il convient de dĂ©lĂ©guer le travail. Pour cela, le plus simple consiste Ă  faire appel aux services d’un VA (Virtual Assistant) qui est une sorte de secrĂ©taire attitrĂ©e qui fait les choses Ă  notre place. Ce VA a accĂšs Ă  toutes nos donnĂ©es et nos comptes (notamment mails) afin de rĂ©pondre Ă  notre place dans des cas prĂ©dĂ©finis qui ne nĂ©cessitent pas notre intervention ou bien qui nous transmettent les informations que l’on juge utiles mais qui nous prendrait trop de temps Ă  chercher nous-mĂȘmes.

Il faut trouver le domaine, la niche qui nous permettra de gagner de l’argent. Rien ne sert de chercher Ă  conquĂ©rir un marchĂ© dĂ©jĂ  investi largement par des grandes enseignes oĂč faire notre place sera difficile. Au contraire, chercher une niche, quitte Ă  crĂ©er notre propre marchĂ© Ă  partir des passions que nous avons(exemple si je suis un pĂȘcheur, je suis apte Ă  crĂ©er un produit dĂ©diĂ© Ă  la pĂȘche car je connais les problĂšmes qui pourraient ĂȘtre rĂ©solus, auquel cas d’autres pĂȘcheurs seraient intĂ©ressĂ©s par ce produit). Pour trouver cette niche, plusieurs questions peuvent nous aider. A quel groupe ou catĂ©gories de personne appartiens-je et qui pourrait ĂȘtre un domaine profitable ? Parmi ces groupes, lesquels ont des magazines spĂ©cialisĂ©s dĂ©diĂ©s ? (un peu oldschool le magazine en 2021 mais vous avez l’idĂ©e principale). Quels sont les problĂšmes que j’ai pu rencontrer et auxquels je peux apporter une solution qui intĂ©resserait d’autres personnes dans le mĂȘme cas que moi.

Pas la peine d’ĂȘtre un expert pour crĂ©er ou dĂ©velopper une entreprise, un expert au sens marketing est une personne connaissant le sujet plus que l’acheteur ce qui permet de relativiser l’importance du mot. Il en faut souvent peu pour mieux connaĂźtre un sujet que la plupart des gens. En lisant les 3 bestsellers d’un sujet, je deviens un expert au yeux de 80% des gens.

Il suffit de quelques clients qui dĂ©pensent un peu d’argent pour obtenir le budget souhaitĂ©. Par exemple, pour la traversĂ©e de l’Atlantique Ă  la voile il faut un budget de 5000€. Si seulement 50 lecteurs d’un magazine spĂ©cialisĂ© sur les 15000 sont convaincus par le produit que je vends Ă  100€ j’ai obtenu mes 5000€ de budget nĂ©cessaires.

RĂ©aliser un micro test de produit avant de lancer une plus grande production pour ne pas perdre d’argent Ă  investir dans un projet qui n’aboutira pas. Pour faire ce micro test, mettre de la pub afin de quantifier le nombre de clients potentiels qui seraient intĂ©ressĂ©s (ceux qui me contactent pour passer commande).

Une fois le produit et la clientĂšle crĂ©Ă©s, automatiser le process afin de s’effacer du business. Supprimer les clients indĂ©sirables qui causent plus de problĂšmes qu’ils ne rapportent. Laisser des libertĂ©s de dĂ©cision aux personnes qui gĂšrent l’entreprise Ă  notre place (fixer une somme limite en dessous de laquelle ils prennent eux-mĂȘme une dĂ©cision sans avoir besoin de demander la permission d’agir). Faire quelque chose de simple afin de diminuer les possibilitĂ©s d’action et donc d’erreurs et de temps perdu.

L pour Libération

Pour les gens qui ne souhaitent pas quitter leur job (ou bien petit Ă  petit sur une plus longue pĂ©riode suivant la rĂ©ussite de sa propre entrerprise) mais profiter quand-mĂȘme du mode de vie des NR, il faut rĂ©ussir Ă  faire du tĂ©lĂ©travail et dĂ©montrer que celui-ci est plus efficace que le travail au bureau ce qui permet ensuite de nĂ©gocier avec son patron un mode de travail 100% Ă  distance. Il faut par contre ĂȘtre rĂ©ellement plus productif chez soi qu’au bureau mais une fois prouvĂ©, plus de libertĂ© sera accordĂ©e par notre supĂ©rieur.

Une fois que l’on a lancĂ© son entreprise et fait suffisamment de bĂ©nĂ©fices pour avoir de l’argent (et quitter son ancien job par exemple), que l’on a automatisĂ© le process afin de s’effacer le plus possible de son travail en dĂ©lĂ©guant, on peut enfin aspirer Ă  la libĂ©ration c’est Ă  dire disposer du temps libre nĂ©cessaire Ă  l’accomplissement de notre vie idĂ©ale. Si par exemple notre but est de voyager Ă  travers le monde en voilier, cela devient possible avec la mĂ©thode DEAL. Nous nous sommes libĂ©rĂ©s du monde du travail classique. En prenant des mini-retraites, c’est-Ă -dire des vacances prolongĂ©es on se crĂ©e du bon temps pendant lequel on ne travaille presque plus ou le moins possible.

Il ne faut par contre jamais checker ses mails lorsque ce n’est pas le moment, au risque de tomber sur quelque chose de tracassant qui nous minera le reste du WE ou des vacances.

Enfin le temps libre que nous nous sommes crĂ©Ă© tout au long des prĂ©cĂ©dentes Ă©tapes doit nous permettre d’accomplir ce que nous dĂ©sirons le plus au monde. Pour cela, Ă  chacun ses dĂ©sirs et ses envies, il n’y a pas de rĂšgles pour remplir son temps libre.

âŹ†ïž